L’amitié OM – Sampdoria : une histoire d’ultras

Parfois, dans le football, par la force des choses ou grâce à un évènement particulier, deux équipes et leurs supporters finissent par se rapprocher, devenir complices, parfois amis. Ils finissent par partager une histoire, des souvenirs. C’est avant tout cela le football : des souvenirs. Aujourd’hui, nous allons (pour changer) parler d’histoire, de Marseille et de Gênes. Si la Sampdoria est connue pour avoir lancé le premier mouvement ultra en Italie, elle est aussi réputée en France pour être amie avec les supporters de l’OM et ses ultras, fondateurs du mouvement ultra en France. Récit de cette histoire d’amitié entre deux groupes de supporters, qui a commencé il y a maintenant plus de 30 ans.

Les origines de ce jumelage

Il faut remonter dans les années 80, plus précisément le 4 janvier 1987, pour retrouver la trace de contacts entre le Commando Ultra de Marseille et les Ultras Tito Cucchiaroni, lorsque de jeunes marseillais se rendent à un match à Gênes (Sampdoria – AS Roma) pour voir de leurs propres yeux les ultras de la Sampdoria, dont l’Europe entière parle à cette époque. Les supporters ressortent de ce match époustouflés. Un autre groupe ultra de supporters marseillais, les Winners, se rapproche quelque peu de la Fossa dei Grifoni, qui sont les ultras de l’autre club de la ville de Gênes, le Genoa. Cependant, c’est bien cette amitié entre la Sampdoria et l’OM qui est restée dans l’histoire et qui existe encore aujourd’hui. Le Commando Ultra et les Ultras Tito Cucchiaroni officialisent leur jumelage dans les années 90 et invitent un deuxième groupe de supporters de la Doria, les Rude Boys, à les rejoindre. Pendant ces années, les ultras de l’OM se rendaient pratiquement chaque week-end au Luigi Ferrari, stade de Gênes, pour rendre visite aux ultras de la Samp. Ils sont restés abonnés pendant plusieurs années, ce qui a forcément facilité leur rapprochement. Finalement, en 1993, pour la première fois, une bâche de l’OM est posée dans le stade lors d’un Sampdoria – AC Milan.

Les Ultras Tito Cucchiaroni / Crédit photo : http://www.imagephotoagency.it

LIRE AUSSI – Genoa – Sampdoria : Le derby della Laterna, le plus beau d’Italie ?

Une amitié sans limite ?

Leur amitié, née dans les stades de football de Gênes et de Marseille, est encore aujourd’hui bien plus évoluée que cela : les ultras des deux clubs sont proches et devenus de vrais amis grâce à leur passion commune. En tout cas, c’est ce qu’expliquait la défunte Christine Valette, leader du Commando Ultra’ 84 et intimement liée à de nombreux supporters de la Sampdoria, avec qui elle était grandement amie, dans une interview accordée à Patrick Bossy pour le site om.net. Dans cette interview, elle racontait : « A force d’y aller, on a créé des affinités. On s’y rendait presque tous les week-ends. Nous avons même été abonnés 2 ans à la Sampdoria ! » Elle poursuit :

« Cette amitié a commencé en 1987. Nous sommes en 2013 et nous avons toujours l’impression d’être au début de notre histoire. C’est fantastique. Ils ont été très présents dans les moments difficiles, notamment durant l’affaire Santos. Ils sont un peu loin, mais il y a toujours un message, un mail, un coup de téléphone pour nous témoigner leur soutien. »

Bien évidemment basée sur le football, cette amitié et ces relations entre supporters en dépassent largement le cadre : se rassembler fréquemment, aller voir les matchs des autres équipes ou même s’abonner au stade de l’équipe amie montre bien l’importance de cette relation dans la culture des deux clubs. Cette superbe amitié témoigne de la richesse de ce sport qu’est le football, bien loin de la version diabolisée que nous vendent ses détracteurs, faisant souvent passer les ultras pour des truands.

Un tee-shirt symbolisant l’amitié entre les ultras des deux clubs / Crédit photo : om.net

Une relation qui s’est intensifiée grâce à un évènement particulier

Cette superbe amitié, de plus de 30 ans, aurait pu s’effriter avec le temps : les nouvelles générations de supporters auraient pu mettre de côté ce rapprochement entre les deux groupes ultras ou se lasser de ces déplacements perpétuels pour un club qui n’est pas le leur. Et pourtant, à l’heure où nous parlons, les relations entre les ultras de la Samp et de l’OM sont toujours aussi fortes. Sans nul doute, cela est dû à un match bien précis.

Nous sommes en juillet 2013 lorsque les matchs amicaux du mois d’août des équipes européennes sont annoncés. Stupeur chez les ultras : le 8 août, l’OM doit se rendre au stade Luigi Ferrari pour jouer… la Sampdoria. C’est l’excitation totale. Deux équipes amies depuis 25 ans se rencontrent en match amical : la surprise est énorme, la joie encore plus. Des deux côtés, on prépare ses plus belles banderoles, ses plus beaux tifos et d’autres surprises : la fête doit être inoubliable, que ce soit avant, pendant ou après le match. C’est ainsi qu’avant la rencontre, un cortège regroupant le Commando Ultra’ 84 et les Ultras Tito Cucchiaroni avance jusqu’au stade Luigi Ferrari, chantant à la gloire de leurs équipes et de leur amitié.

Après le match, les festivités continuèrent dans les bars de la ville, renforçant encore un peu plus cette amitié profonde entre les deux groupes d’ultras.

Bannière déployée lors de cette rencontre mythique entre les deux clubs. / Crédit photo : Commando Ultra 84

Christine Valette, figure du Commando Ultra’ 84 et grande amie des ultras de la Doria

Les ultras restent souvent anonymes. Leurs noms ne sont pas divulgués, ou très peu. Ils n’ont pas de statut particulier, pas vraiment de rôle. Pourtant, par la force des choses, certains prennent plus de place que d’autres. C’est le cas de Christine Valette, évoquée quelques lignes plus haut. Ses déplacements systématiques au stade de Gênes lorsque le calendrier le permettait en témoignent. Décédée le 25 décembre 2015 à l’âge de 43 ans, elle a, de la pire des manières, encore plus rapproché les deux groupes de supporters. Sa mort est tragique, mais ce type d’évènement dur pour tout le monde permet de se sentir encore plus proches les uns des autres. Aujourd’hui encore, elle est l’emblème de cette amitié qui persiste. Avant sa mort, lorsque les tifosi doriani ont appris qu’elle était atteinte d’une maladie grave, ils ont immédiatement décidé de brandir des banderoles en son hommage, pour envoyer un message de soutien et lui demander de lutter. Selon les ultras de la Doria, elle s’était toujours battue et n’abandonnait jamais. Cela n’a malheureusement pas suffi. Lorsque la tragédie arriva et que les ultras de l’OM commencèrent à la pleurer, ceux de la Samp leurs portèrent un soutien immédiat : messages, mails, banderoles. La Sampdoria elle-même a posté une photo de la curva s’adressant à Christine, pour lui rendre hommage.

De toute évidence, et ce malgré des moments difficiles, l’amitié entre les ultras de l’OM et le Sampdoria ne fait aucun doute. Aujourd’hui encore, grâce à leur relation sans cesse entretenue, les supporters des deux clubs restent proches et soudés. Leur histoire et leurs souvenir en communs, joyeux ou tristes, leur permet d’entretenir cette amitié qui dure depuis maintenant plus de 30 ans. Le football, c’est bien plus qu’un sport de types qui courent après un ballon, c’est avant tout des émotions sans pareilles et des moments extrêmement intenses que l’on peut partager. Grâce au ballon rond, Marseille et Gênes semblent à jamais liées.