Le soir où Ronaldo s’est offert une standing ovation à Old Trafford

Imaginez. Nous sommes en quarts de finale de Ligue des Champions, le 23 avril 2003, à Old Trafford. Loin des ambiances calmes qui règnent en Angleterre aujourd’hui, le mythique stade de Manchester United est à cette époque un véritable volcan, une forteresse imprenable, un enfer pour les équipes qui osent venir en conquérantes sur le terrain des mancuniens. Ce soir-là, c’est le Real Madrid qui vient défier les Red Devils pour tenter d’aller plus loin dans la compétition. Lors du match aller au Bernabéu, les Galacticos de Zidane, Ronaldo et autres s’étaient imposés 3-1 grâce à un doublé de Raùl et un but de Luis Figo. Si les deux buts d’avance semblent assurer la qualification, le but marqué à l’extérieur par Van Nistelrooy complique les choses et laisse planer le doute quant à l’issue de la double confrontation. United peut compter sur ses supporters et sa grande équipe pour retourner la situation, mais le Real Madrid a un argument de taille : il s’appelle Ronaldo. Récit d’une performance exceptionnelle qui résume parfaitement le génie dont était doté le brésilien qui a marqué le football de son temps.

Un contexte favorisant le doute

Avant ce match, il est presque impossible de savoir qui va l’emporter et se qualifier pour les demi-finales de la plus illustre des compétitions du football en clubs. D’un côté, le Real Madrid des Galacticos est présenté comme l’une des plus grandes équipes de l’histoire du club, et la phase aller a été remportée avec deux buts d’écart. De l’autre, le Manchester United de Sir Alex Ferguson, une équipe connue pour ses comebacks récurrents et ses grandes performances dans son stade, Old Trafford, semble capable de créer la surprise. L’entraîneur anglais a d’ailleurs déclaré à la fin du premier match « Nous avons un match difficile à venir, mais la lueur d’espoir vient du but marqué à l’extérieur. Si nous marquons en premier, ce sera une nuit intéressante. »

L’entraîneur avait également fait part de sa peur de Raùl, l’homme qui a marqué le doublé pour le Real Madrid à l’aller, et plaisantait : « j’espère qu’il n’aime pas voyager. » Finalement, Raùl ne fut finalement pas inscrit dans le groupe du Real, à cause d’une blessure. De bonne augure pour les mancuniens ? Pas vraiment, puisque Ferguson ne s’est pas assez méfié d’un autre merengue : c’est bien le grand Ronaldo qui va porter son club sur ses épaules lors de cette magnifique soirée. 

La composition du Real Madrid pour affronter United / Crédits photos : David Rawcliffe, Propaganda photos

Le match, à jamais dans l’histoire

Lors du coup d’envoi, la tension est à son comble et le vainqueur de cette soirée est encore totalement inconnu, puisque les deux équipes semblent capables d’aller chercher cette qualification. Cependant, l’atout du Real Madrid en la personne de Ronaldo va tout changer, et Manchester United ne pourra espérer gagner que quelques minutes avant de voir le rêve partir peu à peu. En effet, si le début de la rencontre est largement dominé par les mancuniens, ils ne parviennent pas à concrétiser leurs occasions. C’est dès la douzième minute de jeu que Ronaldo punit Manchester en réponse aux échecs répétés des Red Devils face à Casillas, légendaire portier du Real dans une forme éclatante ce soir-là. Peu avant le quart d’heure de jeu, Zinédine Zidane récupère un ballon à gauche au milieu de terrain et le passe rapidement à Guti plus au centre, qui peut lancer Ronaldo d’une magnifique passe. L’international brésilien ne prend même pas la peine de contrôler son ballon et frappe d’un angle impossible. Si quelqu’un d’autre avait pris ce tir, le ballon ne serait probablement pas rentré. Mais nous parlons de l’un des plus grands attaquants de tous les temps : il place son ballon sous le bras de Fabien Barthez, impuissant, et inaugure la soirée avec un superbe but.

Animated GIF - Find & Share on GIPHY

Grâce à ce but, les chances du Real Madrid de se qualifier sont décuplées. Le match poursuit son cours sans but pendant trente minutes malgré les attaques répétées des deux camps. Finalement, c’est Van Nistelrooy, buteur pour United au match aller, qui vient réveiller les espoirs de son club juste avant la mi-temps. Quand les deux équipes retournent au vestiaire, le tableau d’affichage montre 1-1 et Manchester United doit encore marquer deux buts pour aller chercher les prolongations. Cependant, c’est sans compter sur la forme olympique de Ronaldo qui, cinq minutes après le retour sur la pelouse, marque un deuxième but pour le Real Madrid et force Manchester à se surpasser pour l’emporter, avec seulement quarante minutes à jouer et au moins quatre buts à marquer.

Animated GIF - Find & Share on GIPHY

C’est mission impossible. Le contre son camp de Helguera deux minutes plus tard ramenant à 2-2 le score ne changera pas grand-chose puisque Ronaldo, dans un élan de créativité, va marquer le but de la soirée à la 59ème minute. L’international brésilien reçoit le ballon à une trentaine de mètres du but mancunien, s’avance quelque peu et se met en position de frappe. De pratiquement 25 mètres, il frappe. Personne n’est à blâmer ici : la défense n’était pas catastrophique et le placement de Barthez était bon. Seulement, Ronaldo trouve les filets du gardien français avec une frappe digne d’Olive et Tom, et qualifie son club.

Animated GIF - Find & Share on GIPHY

Ce but d’anthologie laisse Manchester United dos au mur : revenir au score n’est plus possible. Lorsque Ronaldo est remplacé quelques minutes plus tard, tout le stade se lève à l’unisson et applaudit le génie brésilien. L’histoire du football a ce soir-là été enrichie, et le doublé de Beckham ramenant le score à 4-3 pour les hommes de Ferguson n’a rien changé à l’issue de cette rencontre.

Une empreinte laissée dans les mémoires

Ce match est resté gravé dans les mémoires des joueurs y ayant participé, et ils ne s’en cachent pas. Tous les protagonistes de la rencontre ont encensé Ronaldo à travers diverses déclarations, toutes plus élogieuses les unes que les autres.

« Ronaldo était en feu, et son triplé a fait de la qualification un rêve inatteignable. » Ryan Giggs, la légende de Manchester United s’est inclinée devant le monstre brésilien qui n’a rien laissé trainer sur son passage. C’est ce qu’a confirmé Steve McManaman, milieu du Real Madrid à l’époque : « Tout le monde a été impressionné par Ronaldo. Il avait subi tellement de critiques à propos de sa forme physique… grâce à son triplé il a montré ce qu’il valait en se mettant sur la scène principale lors d’un immense match. » En effet, ce match est aujourd’hui resté dans l’histoire comme l’un des plus grands de l’international brésilien, pourtant grandement dénigré à l’époque. Le deuxième homme de la soirée, David Beckham, auteur d’un doublé et de ce qu’il considère comme « son plus beau coup-franc sous le maillot de United », n’a pas eu de langue de bois pour décrire cette dure soirée : « Ronaldo nous a détruit. »

Ronaldo, l’homme de la soirée, célébrant l’un de ses buts et la qualification de son club / Crédits photos : UEFA Champions League

Ce soir-là, Ronaldo est venu pour conquérir l’un des stades les plus mythiques du football européen. L’un des plus grands footballeurs de l’époque a su qualifier son équipe pratiquement tout seul, montrant au monde entier son talent inexplicable et plein de spontanéité. Grâce à ce triplé phénoménal et la virtuosité du numéro 9 des Galacticos pendant la rencontre, le Real Madrid a pu se hisser en demi-finale de la Ligue des Champions, avant de perdre sa double confrontation contre la Juventus (4-3) et de subir une désillusion totale. Toutefois, ce match reste l’un des plus grands de l’international brésilien, considéré encore aujourd’hui comme le plus grand attaquant de pointe de l’histoire. Il avait déclaré, à propos de cette rencontre : « Je n’oublierai jamais cette soirée. » Nous non plus.