David Trezeguet et Alessandro Del Piero : longue vie aux Rois

Trezeguet et Del Piero sont d’immenses joueurs de football et ils ont chacun marqué l’histoire de leur sélection et de la Juventus. Ayant passé dix années chez les bianconeri, les deux joueurs font partie de ces duos qui ont écrit l’histoire du ballon rond lors de leur passage à la Vieille Dame.

Si les deux hommes sont d’immenses légendes de la Juventus et restent aujourd’hui comme le duo le plus prolifique de l’histoire du club de Turin, leur amitié et leur complicité ont, à deux reprises, été mises à l’épreuve en sélection. En effet, à l’Euro 2000 et à la Coupe du Monde 2006, les deux joueurs se sont retrouvés face à face en finale de la compétition. S’ils ne se connaissaient pas encore à l’Euro 2000, ils côtoyaient déjà le même club depuis six ans lors de leur deuxième rencontre.

A l’Euro 2000, deux poids deux mesures

La finale de l’Euro a opposé la sélection italienne, dont Del Piero faisait partie, et les Bleus, avec qui Trezeguet avait été sélectionné. Cette finale historique s’est mal terminée pour l’un de nos deux protagonistes, auteur d’un match en demi-teinte. Les deux joueurs sont remplaçants. Del Piero rentre à la 53ème minute de jeu, et deux minutes plus tard son équipe marque le premier but de la rencontre. Trezeguet, lui, rentre à la 76ème minute, alors que le score est toujours de 1-0 pour les italiens. Cependant, il change le cours de la rencontre lorsqu’à la 93ème minute, dans les tous derniers instants, il sert Wiltord en évitant Cannavaro. Wiltord contrôle de la poitrine et, de son pied gauche, fait un petit pont à Nesta et dépose son ballon dans les filets de Toldo, en dehors de sa portée. Le stade explose et les deux équipes filent en prolongations. Là, les choses se corsent : deux fois, Del Piero a l’occasion de tuer le match en se retrouvant en situation d’un contre un face à Fabien Barthez. Deux fois, il échoue et ne parvient pas à sacrer son pays. A la 103ème minute, Robert Pires déborde du côté gauche et sert Trezeguet, seul dans la surface adverse. Sans contrôle, le Roi arme son pied gauche et, d’une demi-volée, il fusille la lucarne de Toldo, sacrant les Bleus pour la deuxième fois de leur histoire.

David Trezeguet exultant après avoir mis la France au sommet de l’Europe / Crédits photos : Getty images

La Coupe du Monde 2006, une mise à l’épreuve pour le duo ?

Six ans plus tard, alors que les deux joueurs se côtoient en club depuis la saison 2000-2001, ils se retrouvent de nouveau en finale d’une compétition internationale, mais en Coupe du Monde cette fois. Alors que la France s’est défaite du Portugal en demies grâce à un penalty de Zidane, les italiens ont dû attendre les prolongations pour pousser les allemands dans leurs derniers retranchements et l’emporter 2-0. Le deuxième but, marqué à la 120ème minute et scellant le sort du match, a justement été marqué par Alessandro Del Piero. Ainsi, le duo se retrouve une nouvelle fois face à face et commence, cette fois-ci également, sur le banc. L’entrée de Del Piero à la 86ème ne changera pas le score de 1-1 établi par Zidane et Materazzi, et l’entrée de Trezeguet non plus. Après l’expulsion de Zidane à la 110ème minute, la France doit faire sans son capitaine pour les tirs au but. Le sort des deux joueurs s’est inversé ce soir-là, puisque c’est Trezeguet qui manquera son penalty en frappant la transversale de Buffon (son autre coéquipier). Ce raté est synonyme de victoire des Italiens qui ne faillissent pas et marquent tous leurs tirs. Del Piero remporte son premier trophée international, tandis que Trezeguet retourne bredouille à Turin.

Alessandro Del Piero et la Coupe du Monde, en 2006 / Crédits photo : FIFA

A la Juventus, un duo symbolisant les valeurs bianconere

La Juventus est un club qui a connu de nombreux duos et générés de nombreux talents. Pourtant, Alessandro Del Piero et David Trezeguet se placent sans l’ombre d’un doute au-dessus de toutes ces paires de joueurs. Pendant dix ans, les deux bandiere du club ont illuminé le championnat italien, marquant à eux deux 276 buts en championnat. Au total, toutes compétitions confondues, on peut en compter 354 (183 pour Del Piero, 171 pour Trezeguet, ce qui montre leur complémentarité exemplaire). Côte à côte, les deux joueurs ont remporté huit trophées sous la couleur de la Juventus, si nous comptons les deux Scudetti finalement retirés au club.

Des histoires et des buts

S’il y a une chose symbolisant l’amitié et la force de ces deux joueurs, c’est leur complémentarité. Ils sont indissociables. En marquant pratiquement autant de buts sur dix années, on comprend à quel point ils sont indispensables l’un pour l’autre, et qu’ils font passer le résultat avant leurs statistiques personnelles. Si nous pourrions parler de chacun de leurs buts et de leurs matchs pour mettre en avant cette complémentarité, nous allons parler de deux anecdotes illustrant cela parfaitement. La première, chronologiquement, a lieu lors de la saison 2004/2005. Alors que la Juventus et l’AC Milan se sont, deux saisons de suite, disputés le Scudetto et la Ligue des Champions (un Scudetto pour chaque équipe et une Ligue des Champions remportée par Milan après s’être défait de la Juventus en finale). Au début de la saison suivante donc, les yeux sont rivés vers les deux géants d’Italie : qui ira chercher le titre cette saison ? La lutte est acharnée et les deux clubs sont au coude à coude jusqu’à la confrontation finale qui décide de tout, à trois journées de la fin du championnat. La Juventus de Del Piero et Trezeguet se retrouve à San Siro, le 8 mai 2005, pour jouer un match qui doit tout décider. Alors que les rossoneri dominent les premiers instants du match, tout change à la 27ème minute lorsque Del Piero, servi par Nedved aux abords de la surface, tente de centrer pour Trezeguet. C’était sans compter sur Alessandro Nesta, l’un des plus grands défenseurs de son temps, qui intervient et envoie le ballon dans le ciel de Milan. Le temps s’arrête, Trezeguet est dans la surface en bon renard qu’il est, et Del Piero l’a vu. Et David a vu Del Piero. Et il a compris. Alors que le ballon retombe, Del Piero tente l’impossible : une retournée à la fois puissante, rageuse et délicate. Il dépose le ballon sur la tête de son coéquipier et ami, qui n’a aucun mal à placer le ballon dans les filets de San Siro. C’est l’explosion. Les tifosi de la Juventus présents ce soir-là rugissent après ce but d’anthologie. Le score reste inchangé pour le reste de la rencontre, et la Juventus remporte le Scudetto cette saison (avant de se le voir retiré dans les fameuses affaires du Calciopoli).

Le fameux centre de Del Piero pour Trezeguet, avant que ce dernier ne marque le but de la victoire / Crédits photo : Gazzetta

Avançons trois ans plus tard pour parler de la deuxième anecdote, tout aussi inspirante. Cette fois-ci, la Juventus ne lutte pas pour le titre : les épisodes du Calciopoli et le passage en Serie B ont détruit le club. Pourtant, les deux attaquants luttent pour le titre de capocannionere (décerné au meilleur buteur du championnat) et sont à égalité lors de la dernière journée, à 19 buts chacun. Comme à leur habitude, les deux joueurs font ce jour-là preuve de complémentarité. A la 6ème minute, Del Piero marque le premier but de la rencontre. Quelques minutes plus tard, la Vieille Dame obtient un penalty et Del Piero, habituellement chargé de les tirer, regarde Trezeguet et pointe du doigt le point de penalty, lui offrant l’opportunité de revenir à 20 buts également. Le Français marque et les deux joueurs sont à égalité. Au retour des vestiaires après la mi-temps, le jeu reprend et quelques minutes plus tard, la Juventus obtient un nouveau penalty. Trezeguet refuse de le tirer et laisse Del Piero le faire. L’Italien marque et devient le capocannionere de la saison. Après cet acte de fair-play et de respect, les deux joueurs se retrouvent encore plus liés qu’avant.

La Serie B, un épisode formateur

Imaginez. La France et l’Italie viennent de jouer une finale de Coupe du Monde, et tous les joueurs des deux sélections sont convoités par les plus grands clubs du monde. Au même moment, le club bianconero se retrouve confronté à la période la plus sombre de son histoire : une relégation en Serie B après des suspicions de corruption et de triche. Pourtant, alors que certains joueurs choisiront de partir du club, d’autres préfèrent y rester et en écrire l’histoire, dont Del Piero et Trezeguet. Les deux joueurs en garderont d’ailleurs un bon souvenir, ce qui contribuera à leur amitié légendaire. Trezeguet avait d’ailleurs déclaré à la Gazzetta dello Sports, en 2010 après son départ du club :

« Je considère la remontée en Serie A comme ma plus belle victoire sous le maillot bianconero, parce que c’était une expérience incroyable. Les tifosi nous ont traités comme des héros parce que nous avons choisi de rester. »

Del Piero, quant à lui, a déclaré à Sky Italia en 2017 :

« La Serie B ? Ce fut normal pour moi, j’étais le capitaine d’une équipe en difficulté qui m’avait tout donné. Quand le club m’a demandé ce que je voulais faire, je n’ai pas hésité une seconde. J’ai simplement dit : me voici. »

Comme récompense à leur fidélité, les deux joueurs retrouveront la Ligue des Champions un an après leur retour en Serie A, renouant avec l’élite.

Une amitié à toute épreuve / Crédits photo : ASSOCIATED PRESS

Del Piero et Trezeguet font partie de ces joueurs qui mettent tout le monde d’accord. Adorés par les tifosi de la Juventus et à jamais dans le Panthéon des légendes du club, ils sont aussi respectés par les supporters des clubs rivaux. Symboles de respect, d’amitié et de complémentarité, les deux joueurs ont traversé les épreuves côte à côte, qu’ils soient du même côté de la pelouse ou non. Restant dans l’histoire comme le duo le plus prolifique de l’histoire de la Vieille Dame, ils représentent l’un des duos les plus légendaires du football.

 

Sources :

–          FrSerieA : Ces duos d’attaquants des années 2000
–          FrSerieA : Storia di un gol
–          FrSerieA : Trezeguet et l’Italie, un amour (im)possible ?
–          Stile Juve : Del Piero et Trezeguet, il était une fois l’amitié
–          These Football Times : Calcio II